La viticulture biologique

Nos pratiques viticoles ont toujours été orientées vers la production d’une vendange saine et de qualité, dans une optique de préservation de l’environnement.
 
Un travail rigoureux de conduite de la vigne, associé à des conditions climatiques relativement favorables, nous permet de travailler depuis 2008 la totalité de notre vignoble en agriculture biologique.
 
L’agriculture biologique repose sur l’interdiction de l’utilisation des produits chimiques de synthèse, que ce soit pour lutter contre les maladies, pour désherber ou pour fertiliser. Mais elle implique également un important travail « préventif », qui passe par une surveillance rigoureuse du vignoble et par la mise en œuvre d’un ensemble de pratiques culturales visant à limiter au maximum les recours aux traitements.

 

Une conduite de la vigne soignée
 
Les vignes, plantées à 4000 pieds/hectare, sont conduites en cordon de Royat bilatéral. L’ensemble des palissages ont été rénovés et rehaussés ces dernières années afin d’optimiser la surface foliaire exposée (et donc la photosynthèse) et de limiter les entassements de végétation qui favorisent le développement des champignons parasitaires (mildiou, oïdium et botrytis notamment).
 
L’entretien soigné de la vigne (taille minutieuse, ébourgeonnage systématique, relevages, rognages...) vise par ailleurs à assurer une bonne activité photosynthétique et un état sanitaire optimal.
 
Lorsque la situation l’impose (parcelle vigoureuse ou productive, conditions climatiques humides…), nous pratiquons l’effeuillage et la vendange verte (élimination d’une partie des grappes) afin de limiter les risques de développement de maladies et de garantir une qualité de raisins conforme à nos exigences.

 

Des traitements sans produits chimiques de synthèse
 
Depuis 2008, nous n’utilisons plus aucun produit chimique de synthèse pour nos traitements. Seuls du soufre (contre l’oïdium) et du cuivre (contre le mildiou) sont pulvérisés dans nos parcelles. Nous n’effectuons par ailleurs aucun traitement insecticide.
 

Un travail du sol régulier
 
L’agriculture biologique supprimant l’emploi de substances herbicides, seul un travail du sol régulier permet de contrôler efficacement le développement des herbes adventices (mauvaises herbes).
 
Ce travail du sol permet également d’aérer les couches superficielles du sol, ce qui favorise la vie microbienne et limite l’évaporation de l’eau (phénomène qui prend encore plus d’importance avec les sécheresses répétées de ces dernières années).
 
Le travail du sol va enfin favoriser un enracinement des vignes en profondeur (a fortiori lorsqu’il est pratiqué dès la plantation), garantissant une meilleure régularité dans l’approvisionnement de la vigne en eau et en nutriments.
 
Différents outils nous permettent ainsi de travailler régulièrement le sol entre les rangs (charrue vigneronne, Actisol...) et sous les rangs (système inter-cep). Sur les plantiers (jeunes vignes de moins de 5 ans), dont l’enracinement est trop fragile pour supporter le passage des outils inter-ceps, le travail du sol sous les rangs se fait même de manière manuelle, par piochage.

 

Une fertilisation 100% organique

Les sols pauvres, comme ceux présents sur notre vignoble, sont réputés idéaux pour une production de qualité. Il faut néanmoins veiller à ne pas tomber à des niveaux de matière organique trop bas pour ne pas affaiblir excessivement les vignes (la matière organique apportant des nutriments indispensables à la vigne et retenant l’eau). C’est pourquoi nous effectuons de manière régulière (tous les 3 ou 4 ans) un apport de matière organique (mélange de fumier de mouton, de débris végétaux, de paille...) à nos parcelles. Nous broyons également les sarments dans les parcelles après la taille afin de réincorporer un peu de matière organique au sol.
 
Cette fertilisation uniquement organique fait bien entendu partie du cahier des charges de l’agriculture biologique.

 

La biodynamie

Après notre passage en agriculture biologique, nous avons décidé de franchir un cap supplémentaire dès 2009 en cultivant nos vignes en biodynamie.
 
La biodynamie permet, grâce à différentes préparations naturelles (« bouses », composts, décoctions...) pulvérisées sur le vignoble à des moments précis (notamment en fonction du calendrier lunaire), de renforcer l’activité microbienne du sol, d’améliorer le fonctionnement physiologique de la vigne et de stimuler ses systèmes de défense naturels.
 
Nous apportons une attention toute particulière aux pulvérisations de bouses et de composts sur les sols. Ces préparations, riches en bactéries et en microorganismes, permettent d’activer la vie microbienne du sol. L’objectif est de reconstituer puis de maintenir des sols « vivants », capables d’optimiser naturellement l’alimentation de la vigne en eau, en minéraux et en matière organique, sans carences ni excès.
 
Depuis 2014, nos pratiques biodynamiques sont certifiées par le label Demeter (cliquez sur le logo pour plus d’informations).

english